Jupiter : Ascending

userfeilong74     tagsCinéma Critiques      comments8 comments

Retour des Wachowski après leur ambitieux Cloud Atlas qui m’avait un peu perdu dans ses voyages et ses enjeux, mais qui m’avait laissé un bon souvenir, avec Jupiter Ascension. Un Space Opera moderne, dans un univers autant coloré qu’incohérent, avec somme toute une touche de déjà (beaucoup) vu dans les ethnies aliens et leurs enjeux…

tagsTags: , , , , ,



Le Monde fantastique d’Oz

user2501     tagsCinéma Critiques      comments14 comments

Sam Raimi n’est pas un manchot. On peut railler la tournure qu’a prise sa trilogie araignée, il n’empêche que le premier Spider-Man est un film bien plus solide et spectaculaire que 90% des super-héros movies qui sortent aujourd’hui. Le cinéaste d’Evil Dead est une valeur sûre du grand spectacle, et ce depuis ses premiers délires horrifiques, vers lesquels il aime encore revenir (voir son très bon précédent film, Jusqu’en enfer). Il ne s’est donc pas totalement embourgeoisé, ce qui le rend bien sympathique, à l’inverse d’un comparse lui aussi passé dans l’escarcelle Disney, au point d’influencer une vague de films basés sur des contes. Oui c’est encore vers ce « bon » vieux Tim qu’on revient avec cette prequel d’Oz, rien que pour sa direction artistique flashy kitsch post-Alice. Sam repasse à l’artillerie lourde avec ce prequel au Magicien d’Oz (Mickey n’avait pas les droits pour un remake, mais s’en sort toujours). On se dit chouette, on va en prendre plein les mirettes, car même si les images bariolées aperçues dans la bande-annonce ne mettaient pas forcément en confiance, on sait qu’un cinéaste digne de ce nom peut transcender n’importe quel emballage […]

tagsTags: , , , ,



Black Swan

user2501     tagsCinéma Critiques      comments8 comments

Darren Aronofsky se serait-il enfin trouvé ? A l’image de l’héroïne de son dernier film, la danseuse Nina Mayers, le réalisateur s’est toujours évertué à atteindre le style parfait. Ses mises en scène toujours très élaborées faisaient le grand écart, du noir et blanc de Pi à l’hyperstylisation de Requiem for a dream, de l’esthétique léchée à l’extrême de The Fountain à la sécheresse documentaire du Wrestler. Si tous ses essais n’étaient pas des franches réussites, on avait au moins affaire à un artiste en pleine recherche, passionné par la mise en scène autant que par la thématique de la souffrance. Sa propre souffrance à lui était peut-être dans cet excès de zèle, dans cette lutte incessante pour trouver l’équilibre. Si Black Swan n’atteint – heureusement – pas la perfection, et si on lui pardonne aisément, c’est peut-être parce qu’il en fait son sujet, sa matière. A mi chemin entre le style documentaire caméra portée au plus près des corps et stylisation du cinéma de genre, entre cygne blanc et cygne noir, Aronofsky parvient à ses fins sur les deux tableaux, sentiments et sensations […]

tagsTags: , , , , , ,