The Woman

userderf     tagsCinéma Critiques      comments10 comments

En seulement trois réalisations, Lucky Mckee est devenu le cinéaste attitré des freaks d’aujourd’hui. Son premier essai, transformé avec talent, était le sombre May, sorti en 2004, et qui faisait éclore son égérie, Angela Bettis, parfaite en oubliée du monde aux penchants frankensteiniens. Mais le cinéma de Mckee n’est pas le plus accessible au monde , et même si sa reconnaissance critique est plutôt unanime, la mise en projet de ses films n’allait pas être des plus simples…

tagsTags: , ,