Platane

userderf     tagsSérie TV      comments13 comments

Quand on parle d’Eric et Ramzy on se retrouve souvent perplexe. D’abord parce que leurs spectacles ainsi que la série H rendaient particulièrement honneur à leur sens incomparable de l’absurde (les meilleurs dans le genre avec les Robins des Bois…et les Monty Python pour remonter plus loin dans le temps) mais aussi parce que leurs tentatives d’incursions cinématographiques relevaient plus souvent du navrant que du génie (exceptions faites des surprenants Steak et Seul Two), la faute souvent à des producteurs un peu trop envahissants et imbus d’eux-mêmes (Thomas si tu nous lis…)…

tagsTags: , , , ,



Les petits mouchoirs

usermimuf     tagsCinéma Critiques      comments11 comments

Sortez les mouchoirs !!! Préparez-vous pour un premier plan séquence mémorable, et 2h et demie très oubliables. La mise en scène est correcte, sans être exceptionnelle, elle ne dérange jamais, n’offense pas les sens. Ca c’est dit. Alors le scenario ? A la base une idée correcte, qui ouvre la porte à de bons sujets de réflexions : des amis qui se rencontrent, évoluent, vivent, aiment passionnément (ou pas), etc…Une belle histoire d’amitié donc ? […]

tagsTags: , , , , ,



Ne le dis à personne

userteub     tagsCinéma Critiques      comments8 comments

Après un Mon idole bien bancal où le jeune Guillaume Canet essayait de cacher son non-talent d’acteur en se prenant pour un réalisateur, Ne le dis à personne, seconde réalisation de la jeune star à la française vient confirmer que la production populaire n’est pas encore au top du hip-hop, malgré de bonnes et louables intentions. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Guillaume Canet veut renouer avec un cinéma populaire français qu’il apprécie, celui des personnages sensibles osant parler (un peu) de grandes thématiques universelles et se montrer (un peu également, on n’est pas non plus chez Mathieu Kassovitz dans Assassin(s)) réticent à l’ordre établi mais sans se prendre pour des grands pontes intellectuels, postulat qui provoque souvent la faiblesse de notre cinéma national. Mais Ne le dis à personne souhaite être encore plus ambitieux et veut poser une pierre de plus dans cet exercice de style en convoquant un genre populaire américain, à savoir le thriller. Cela n’est pas regrettable et peut apparaître normal et légitime aux vues des succès critique et public de son premier film. Bref, Guillaume Canet se sent pousser des ailes.

tagsTags: , , , , , ,