Blackthorn

userteub     tagsCinéma Critiques      comments10 comments

Le western, que l’on croyait mort et enterré depuis les testaments funèbres de Clint Eastwood (l’incroyable Impitoyable) et de Kevin Costner, auteur sincère de Danse avec les loups (voire Open Range), est en voie de résurrection. James Mangold, Ed Harris et les frères Coen s’y sont essayé et voilà que maintenant même les productions étrangères s’y mettent. Cela procure un sentiment très plaisant de retour dans les années de gloire où le western australien, italien et français (soyons un peu taquin, D’où viens-tu Johnny ? avec Johnny Halliday) existaient. Blackthorn s’inscrit dans cette ligne, étant une production franco-hispano-bolivienne. Mais là où certains de ces films jouaient la carte de la parodie (le spaghetti) ou de la nullité (retour sur le film avec Johnny), Blackthorn se pose comme un film premier degré.

tagsTags: , , , , , , , ,



Room in Rome

userfeilong74     tagsCinéma Critiques      comments4 comments

On peut clairement considérer le genre érotique comme sinistré dans l’univers cinéphile. Très peu de références ressortent, et penser qu’ Emmanuelle puisse être un classique accentue cette théorie. Quelques rares essais restent tout de même dans les esprits, comme l’incontournable Empire des sens de Nagisa Ôshima (bientôt 40 ans déjà). Un des rares réalisateur à s’y être aventuré est le réalisateur espagnol Julio Medem a qui l’on doit notamment les amants du cercle polaire et plus récemment, un très retentissant Lucia et le sexe (classé tout de même dans le top décennie de notre ami 2501) et qui m’a laissé un bon souvenir également.

tagsTags: , , ,



[REC] 2

user2501     tagsCinéma Critiques      comments13 comments

REC]2 ou comment pisser sur un joli succès d’estime et public. Et ce n’est pas les américains qui vont cette fois fouler de leurs grosses manières financières un concept intéressant. Car même Quarantine, le remake yankee plan par plan, scandaleux à l’époque, est plus respectable que ce gâchis sans nom. On assiste ici à une entreprise d’autodestruction qui montre bien le manque total d’inspiration d’un duo de petits malins trop fiers de leur joujou initial pour s’empêcher de livrer une suite dégénérée et inutile […]

tagsTags: , ,



Sales gosses ! – Part 4 : Quien puede matar a un nino ?

user2501     tagsCinéma Critiques, Dossier      commentsno comments

Les enfants diaboliques ou menaçants au cinéma ne datent pas d’hier. Symbole d’innocence par excellence, nos chères têtes blondes ont été abondamment exploitées par le cinéma de genre, retournant perversement contre nous notre progéniture pour notre plus grand plaisir de spectateur parfois faussement outré. Du Village des damnés à Rosemary’s baby en passant par le Damien de La Malédiction, la recette fût maintes fois éprouvée avec succès […]

tagsTags: , , ,