Star Wars – Les Derniers Jedi

 

Votre mission, si vous l’acceptez, sera de prendre le relais d’une nouvelle trilogie fondée sur la nostalgie et le fan service, en tentant de créer du neuf dans un univers cadenassé, dont les développements ont déjà été maintes fois imaginés, digérés et recrachés par des millions de fans. Bonne chance, Mr Johnson !

The Last Jedi prend donc la suite d’un film maintes fois critiqué pour son classicisme et sa servilité vis-à-vis de la trilogie originale. Cependant, JJ n’étant pas un manchot pour ressusciter de la franchise, le terreau des nouveaux personnages demeure plutôt solide, limité dans son approche respectueuse, mais aussi bien vu dans sa dimension métatextuelle (le méchant fan pas à la hauteur de son idole). Rian Johnson, dont la filmo méconnue est plus conséquente que ce que l’on croit (trois films solides et cohérents, des épisodes de séries remarqués), se lance ainsi dans l’arène Star Wars avec un lourd fardeau sur les épaules. Ne pas répéter l’erreur d’un fan service stigmatisé, tout en ne prenant pas de risques inconsidérés, bien encadré par l’Empire Mickey, qui n’aime rien de moins que laisser un rebelle lui échapper…

 

 

Comme sur ses films précédents – et plus particulièrement The Brothers Bloom, véritable ode à la manipulation – Johnson prend le parti du faux-semblant. Pour déjouer les attentes des spectateurs (sans doute, dans le cas de Star Wars, les plus pesantes de l’univers impitoyable des franchises), il va appliquer son jeu de dupes à intervalles réguliers, sur tous les évènements de son film. Le systématisme pourra agacer, ou réjouir, c’est selon, mais au moins le jeune réalisateur n’a pas peur de s’y engager pleinement. The Last Jedi se joue donc à la fois de la formule installée par JJ, des réponses des spectateurs ressassées sur le net depuis la sortie du VII, et des thèmes et de la construction classique d’un film Star Wars.

Sur la base d’une fuite en avant désespérée qui n’est pas sans rappeler les prémisses de la dernière série Battlestar Galactica (quitte à s’inspirer autant aller voir les meilleurs), le film développe trois grands récits parallèles. Evacuons tout de suite l’évidente faiblesse narrative que cela engendre. Au jeu inévitable de la comparaison, l’histoire imaginée pour Finn, et ses nouveaux acolytes de circonstance Rose et Solo Bis (j’ai oublié son nom), paraît assez faible et presque dispensable, même si elle réserve ses bons moments et ne plombe pas le film pour autant. Car The Last Jedi reste un spectacle tendu du début à la fin. Malgré sa longueur et une structure en montagnes russes, l’action ne manque pas, gavé qu’il est de péripéties typiques de la saga, pour le meilleur, et parfois le pire.

 

 

Lors de la partie au casino, on se croirait parfois revenus dans la prélogie de sinistre mémoire. Trop de bestioles, de l’humour neuneu, des héros qui s’amusent pendant que les rebelles se font génocider la tronche, des chtites nenfants exploités et une critique hypocrite du capitalisme, rien que ça ! Mais ça va plutôt vite, Finn garde un sacré capital sympathie, et le montage alterné permet de ne pas trop s’appesantir sur leurs pérégrinations. C’est aussi le seul morceau du film qui n’est pas blindé de fausses pistes, il paraît donc beaucoup moins ludique que le reste.

Venons-en au gros morceau. Les réponses nous seront toujours apportées en deux temps, voire plus. D’un synopsis ultra balisé nous passons donc à un récit où l’interrogation est constante, et le jeu de devinettes du spectateur amateur (à quelque degré, dès lors qu’il vient voir une suite), entamé dès la sortie de salle de l’épisode VII, de continuer de plus belle pendant le film. Snoke, par exemple, se permet un dialogue à la limite du méta, en reprenant des observations faites sur le premier film, qui font aussi sens dans l’histoire, ce n’est donc jamais totalement gratuit. L’entrainement de Rey ne se passera pas comme attendu (c’est pas ESB bis), les morts ne seront pas ceux envisagés, ou alors pas comme on l’aurait cru. Le jeu des rapprochements et des alliances est un temps brouillé. Et si le résultat final n’a pas permis d’avancer des masses et ne surprendra pas grand-monde, au moins le voyage fût trépidant, et plus d’une fois déstabilisant.

Puisque le film est basé sur des mini-twists quasi constants, il n’est pas étonnant d’avoir plusieurs fois entendu son réalisateur nous prévenir contre toute révélation. Hé oui le trailer était trompeur, néanmoins de façon vraiment minime par rapport au film lui-même !

On pourra trouver à redire sur certaines séquences, voire quelques fautes de goût dans l’humour peut-être trop présent et pas assez maîtrisé.

 

Spoilers ahead !

(surlignez le paragraphe suivant si vous avez vu le film)

Certes, le jeté de sabre est rigolo, mais fait craindre un désamorçage permanent à la Marvel. Heureusement, il n’en sera rien. Néanmoins, commencer avec ce genre de gag pour saborder l’intense final presque religieux de TFA, il fallait oser. Et ce sera forcément diversement apprécié. Au moins Johnson tente, au risque de se planter, de temps en temps. Évoquons rapidement le Star Destroyer fer à repasser, blague trop potache, limite Mel Brooks, qui n’aurait pas dû passer le premier montage du film. Enfin, la survie de Leïa in space est à la fois douteuse par rapport à l’actrice décédée peu après le tournage, et en soi une idée… à la con. Idée qui nous amène quand même à une exploitation plus large de la Force, à un peu de développement créatif de ce côté, vraiment bienvenu, que ce soit les dialogues à distance ou le dernier trick de Luke Skywalker. Pour le tour rapide des principaux rebondissements, on finira par saluer le sort de Snoke, dont on ne connaitra pas les origines, et celui des parents de Rey, ivrognes anonymes, la meilleure solution possible dans ce fatras familial presque  risible qu’était devenu Star Wars. Et peut-être, aussi, des trolls faits aux fans. Mais fuck les fans.

Enfin, Luke a une fin précoce, douce, où il choisit semble-t-il de disparaître (aucun doute on le reverra en ghost, mais plus en main character). Tandis que Leïa survit (!). A se demander comment ils vont faire sur le IX. Mais non, comme persistent à le dire certains, il n’y a aucune surprise dans ce film…

 

Fin des spoilers.

Le tout va dans le sens d’un renouvellement, jusque dans la nouvelle trajectoire de Kylo Ren, beaucoup plus claire et convaincante. Si The Last Jedi évoque les épisodes V et VI, en les citant parfois directement, et en échouant à relever le défi du morceau de bravoure totalement inédit et marquant, il le fait pour mieux déconstruire. Ce qui, en soi, est pour l’instant bien plus passionnant que l’imitation du précédent volet. Et un peu ironique aussi, se débarrasser des anciens, ok, mais pour quel nouveau départ ?

 

 

Johnson n’hésite pas à y aller quand il s’agit d’iconiser ces figures de légendes. Et cela marche à fond avec Mark Hamill, mille fois plus investi que son comparse Harrison. Si ce dernier possède une carrière bien plus conséquente, Hamill reprend le rôle de sa vie, et on le sent réellement impliqué. A la fin il a beau ressembler à un Chuck Norris sur le retour, ça le fait. Le spectacle est donc au rendez-vous, avec hommages qui font mouche, scènes musclées comme cette belle entame spatiale, ou encore références affutées, tel ce retour à l’inspiration du duel de samouraïs (plutôt qu’à l’école du Cirque du Soleil) pour les face-à-face au sabre laser, ou encore des passages directement issus du meilleur de l’animation japonaise, à l’image de ces sublimes plans silencieux de vaisseaux coupés en deux.

The Last Jedi, s’il est loin d’être parfait (aucun film Star Wars ne le sera plus jamais, charriant trop d’enjeux et d’attentes de tous côtés), est un spectacle souvent beau, régulièrement ludique, qui tente une démystification de la saga, sans redite agaçante ni nostalgie facile. Et ce n’est pas un mince exploit. Grâce à Rian Johnson, auteur consacré de la prochaine trilogie, on retrouverait presque la force d’y croire…

2501

Rating: ★★★★★★★★☆☆ 

tagsTags: , , , ,

24 Commentaires

rssCommentaires flux RSS transmitTrackBack Identifier URI


Hey Hey, quelle bonne nouvelle. C’est le premier billet que je lis sur le film sache le…Grosse marque de confiance ^^
Je crois n’avoir vu que Looper de lui ( et donc quelques breaking bad aussi), mais franchement venant de toi c’est que le film doit saccrément être bon !
Moi qui avait passé un bon moment devant le 7…Je reviendrai ici quand je l’aurai vu (genre une fois le rush passé…).
Une petite question d’ordre pratique : Est ce que je peux y aller les yeux fermés avec mes loulous ? (c’est disney c’est fait pour normalement…)

Comment by feilong74 on 18 décembre 2017 17:21


The Brothers Bloom (Une Arnaque presque parfaite), c’était vraiment bien. Mais personne n’a vu ce film. ^^

J’ai un rapport conflictuel avec le VII. Je crois qu’on en a déjà parlé. J’aime beaucoup la première partie, les nouveaux personnages, joli boulot à ce niveau-là, avec une belle dynamique aventure à l’ancienne. La deuxième partie avec l’Etoile Noire et le décalque du IV m’a franchement énervé. Une sorte de surplace, de remake déguisé paresseux qui m’agace. Donc voilà, j’avais apprécié… à moitié. J’étais curieux de voir la suite pour les nouveaux persos, mais sans grand espoir. Et Rian est venu mettre un coup de pied dans la fourmilière. Et c’est inespéré pour un film Disney (et vu toutes les histoires sur les prods Star Wars hyper cadenassées), mais cet épisode VIII propose des choses ! Quitte à fâcher les fans. Mais je pense que t’es assez ouvert pour pouvoir apprécier… (en gros les « purs » fans qui avaient tout prévu et ont été pris à rebrousse-poil sont en train de foutre le feu au net, c’est rigolo ^^)

Ce film n’est pas plus violent que le VII. Je pense que c’est safe pour les gosses. Par contre les thématiques développées sont plus complexes et adultes, il risquent d’être parfois un peu perdus.

Comment by 2501 on 18 décembre 2017 19:06


(attention je vais spoiler sans cacher car j’ai la flemme !)

très très partagé…l’esthétique réussie du film (la scène d’ouverture, la confrontation kylo ren – Rey, le destroyer coupé en 2…ya vraiment plein de trucs stylés) n’a pas réussi à me faire oublier le cynisme de plus en plus affiché de l’entreprise et sa durée bien trop indigeste.

Parce que moi, le côté « rebrousse poil », je prends ça comme du cynisme. Ou comment on a passé notre temps sur les forums depuis la sortie du VII pour vous prendre à rebrousse-poil (avec succès) avec le revers de la médaille d’un aspect « on en a rien à foutre de tout ». Vous trouvez que le VII est un remake du IV ? très bien, on vous pond une bande annonce du VIII pour vous faire croire qu’il va être aussi un remake du V et en fait on vous torpille tout n’importe comment (Pauvre Luke…). Vous faites des tartines pour savoir d’où vient Rey ? On s’en bat les couilles c’est la fille d’un plombier, expedié en 2 sec. Vous ecrivez 1500 pages de forum pour savoir qui est Snoke ? On s’en bat les couilles et on le fait crever en 2 sec n’importe comment.
Un autre point de plus en plus visible même si présent depuis le début de la saga (sauf dans la prélogie avec son angle politique interessant) : on te parle de guerre intergalactique et au final c’est 3 vaisseaux de « gentils » contre 3 vaisseaux de « méchants » et tout le reste de la galaxie qui a l’air de s’en tartiner le fion (seul le perso de Del Toro fait une remarque intelligente à ce sujet !)

Et la durée…autant je me suis pas emmerdé autant je suis sorti lessivé…Mais ça ça vient peut etre de moi et/ou d’une déformation professionnelle, je sais pas si je serais encore capable de m’envoyer en une seule fois n’importe quel volet de la trilogie du seigneur des anneaux…

bref, je peux pas dire que c’est nul mais je peux pas dire que c’est bien :)

Comment by derf on 19 décembre 2017 14:31


et mark hamill c’est pas chuck norris….Vous avez vu Pixels ?

http://pixel.nymag.com/imgs/daily/vulture/2014/08/05/05-dinklage.nocrop.w529.h767.jpg

:D

Comment by derf on 19 décembre 2017 14:35


Je vois plus de ressemblances avec Mark Hamill dsl. ^^

Si même ça ça ne m’a pas dérangé, c’est qu’il est vachement bien ce Star Wars ! Et le parcours de Luke je le trouve couillu.

J’ai revu le film et c’est encore mieux la deuxième fois. :-)

Qu’est-ce qu’un réalisateur en a à foutre des théories de fans ?! C’est la première trilogie à sortir à l’ère d’internet, donc tu m’étonnes qu’il va y avoir tout et n’importe quoi sur les forums, que le scénario de la suite va être pré-écrit en trouze mille versions dès la sortie de l’épisode VII. Les fans n’ont pas à s’approprier une œuvre en amont de sa réalisation. Point. On en leur manque pas de respect en allant à l’encontre de ce qu’ils avaient majoritairement imaginé, surtout si la proposition fonctionne en elle-même. Ça va, Johnson s’amuse pas juste à troller des internautes !
Le film parle de démystification, de désacralisation, de l’échec. Ah c’est sûr que c’était pas ce que les plus bourrins voulaient entendre. Mais cela fait parfaitement sens si l’on ne veut pas reproduire sans cesse les mêmes choses. Et ce film exploite en effet parfaitement une problématique interne et externe au film.

SPOILERS (jusqu’à la fin du com) (je sais plus comment marche la balise spoil

JJ Abrams a comme d’hab joué la « Mystery box » avec son épisode inaugural. Pour ceux qui ont fini Lost on sait ce que ça donne par la suite, hein… Le mec est doué pour teaser, pas du tout pour résoudre tous ses (pseudo) mystères quand il s’agit de développer, et encore plus de conclure. Rian Johnson a très intelligemment exploité les ingrédients qu’il avait. Les parents de Rey sont des ivrognes qui l’ont abandonnée, mais tant mieux ! C’est pas expédié en 2 sec, c’est le cœur de l’évolution du personnage, et de sa relation avec Kylo Ren. Il faut sortir de cette lignée de Skywalker qui peut pas durer sur 12 trilogies non plus, c’est stupide ! Je trouve que ce choix était la meilleure solution, ça ouvre d’autres possibles, parce que la dynastie Skywalker on en a sérieusement fait le tour.

Pour Snoke, dès le premier film on sentait que le personnage principal du côté du Mal était Kylo Ren. Un méchant mal dégrossi (c’est le moins qu’on puisse dire) qui allait devoir évoluer, et donc vite prendre la place du calife. Si c’est étonnant que cela arrive si vite, l’évènement est tout à fait logique. Et encore, Snoke a 3 scènes dans TLJ, et sa mort fait partie du premier climax, aux 3/4 du film (c’est pas Smaug buté en 5 minutes au début du Hobbit 3 ^^). Et son background ne concerne que les fans purs et durs. Le personnage a rempli sa fonction, qui il était vraiment, sérieux, on s’en fout en dehors de sa fonction de Leader Supreme. C’est un perso secondaire, pas besoin d’un monologue lourdingue pour satisfaire quelques maniaques de l’encyclopédie Star Wars. Tu demandes à n’importe quel spectateur pas fan hardcore et théoricien autoproclamé de la saga, ses origines il s’en tape, à raison.

Donc voilà. Si on oublie les fans qui ont déjà leur film en tête avant de rentrer dans la salle (ce qui est bien con pour apprécier une suite, hein, et pour la créativité et le renouvellement en général), TLJ applique juste un peu de fraîcheur à cet univers qui en avait franchement besoin. Il est prêt à tenter des choses (quitte à les rater parfois – j’ai encore eu le frisson de la honte avec Leïa in space), pour aller de l’avant, surprendre un peu dans une saga qui est sur des rails franchement étouffants. Je n’y vois pas de cynisme du tout, au contraire. Les morceaux de bravoure fonctionnent à fond, avec deux climax énormes, très premier degré, qui ne sont pas du tout dans le commentaire. Johnson aime cet univers, ses choix ne le discréditent pas, au contraire, ils le boostent un peu.

Je trouve qu’un film ne respecte pas ses spectateurs quand il choisit en douce des solutions de facilités comme refaire toujours la même chose… L’épisode VII a caressé le fan dans le sens du poil. Sur l’esthétique générale, c’est classe, c’est du beau boulot. Sur l’histoire, quand on ressort encore une Étoile Noire, et sans vraiment y croire dans l’exécution, c’est de la paresse et du foutage de gueule, plus de l’hommage ni du respect.

Je suis assez étonné que Disney ait autant laissé les coudées franches à Rian Johnson (faut rappeler qu’il a écrit son film, ce n’est pas anodin). Ils ont dû se dire qu’un énième remake déguisé, qu’un autre film super safe, ne serait pas aussi bien pris cette fois. Et bon, quand le premier fait 2 milliards, le deuxième est « too big to fail », donc autant tenter des trucs. Puis s’ils sont pas trop cons ils savent qu’à un moment il va falloir bousculer tout ça, avec un Star Wars par an, pour pas lasser la majorité des gens, faut créer un peu… Je suis ravi que ça arrive maintenant, parce que pour moi le côté ultra conservateur nostalgique du VII ça sentait pas bon…

Comment by 2501 on 19 décembre 2017 18:01


Dans l’ensemble je suis d’accord avec toi sur quasiment tous les points (à part le traitement de Luke) sauf que « ils ont dû se dire qu’un enième remake déguisé etc… » Oui, mais en lisant les forums, c’est quasiment sûr (ya qu’à voir l’attitude de Disney suite à la polémique des loot box sur battlefront 2). D’où mon expression « à rebrousse poil (avec succès) mais avec le revers de la médaille » de « ça se voit trop ». Que ce soit pour le bon ou le mauvais, faire une oeuvre en se basant sur les forums ça me casse les couilles, ça gangrène déjà le jeu videal…Bientôt des séances en early access / workprint à moitié prix avec un questionnaire à la fin ? De la projection-test à grande echelle ?

Même l’humour pas toujours réussi on sait d’où il vient…l’épisode IX aura sans doute une affiche avec des néons style années 80…

Je me considère pas fan hardcore de la saga, pas du tout même…mais ça reste une saga…l’episode VII était bien un remake déguisé mais léché et comme tu dis teasait bien. Là j’ai quoi comme questionnement qui me donnerait envie de voir le IX ? Qui est le gamin qui utilise la force pour attraper son balai à la fin ? Bah non, puisqu’on vient de m’expliquer qu’on s’en bat les couilles de tout.

Mais je répète le film est bon et enchaîne les moments de bravoure. Mais en terme de saga j’en ai plus rien à branler et ils m’y auront bien aidé.

Comment by derf on 19 décembre 2017 18:35


Si c’est pour surprendre, moi j’aurais fait démarrer la nouvelle trilogie avec la mise en place du nouvel ordre par les ouvriers qui étaient en grêve pour revalorisation salariale lorsque la 2e etoile de la mort a explosé aidés par les familles des ouvriers décédés. Un truc entre Kevin Smith et Ken Loach, là on se serait mis bien :D

Comment by derf on 19 décembre 2017 18:49


Oui, alors, en terme de saga, depuis 1999 on n’en a rien à foutre. ^^

Non mais je plaisante, au contraire, moi j’aime bien Rey et Kylo. Malgré le commentaire un peu méta de certains évènements du film, j’étais quand même à fond dedans sur la deuxième moitié.

Et les histoires de suivre les forums ou pas, c’est pipé d’avance. Je comprends pas ce que tu veux dire. Qu’ils aillent dans le sens de la majorité et on va dire que c’est des vendus sans talent, et s’ils vont un peu à rebrousse-poil comme là, pareil c’est réagir « en fonction » et apparemment c’est pas bien aussi ? J’veux dire, ça me fait chier de défendre Disney, on va dire que je défends Rian ^^, mais dans tous les cas il est niqué le gars.

Je vois surtout qu’il a fait un peu ce qu’il voulait avec les bases de l’épisode VII, et cela reste cohérent. Les parcours des personnages sont cohérents, parfois moins attendus que prévu. Y’a juste le sabre au début, c’est tricky, et ça donne un peu un ton trollesque. Mais le reste du film suit à sa façon ce qui a été posé dans le VII (aucun perso important n’est tué dans les 5 premières minutes par caprice par exemple). C’est facile de poser des questions, faire de vrais choix, c’est autre chose.

Ce qui m’agace le plus dans ce genre de film c’est que tous les personnages, et ils sont de plus en plus nombreux, doivent avoir leur moment, y compris les jouets, plus les nouveaux. Ça devient assez difficile à gérer et parfois indigeste. Finn et Rose, c’était trop long et pas très fin. Le « Dark BB8 » qu’on voit 5 secondes, uniquement là pour vendre des jouets. Le perso de Benicio Del Toro, pas assez développé donc un peu foiré, etc…

Bref, même si je l’ai sans doute décrit de cette façon au-dessus, l’écriture n’est pas là que pour surprendre, elle fait sens. les personnages restent vraisemblables et leur parcours m’a convaincu (pour les trois principaux cités ci-dessus, qui aurait mérité que le film se resserre plus sur eux, mais bon, on peut pas échapper au méga menu best-of apparemment).
Y’a pas de gros cliffhanger, ok. Mais pourquoi pas, ce n’est pas obligatoire, le cinéma c’est pas de la série TV (faudrait dire ça à Marvel). Même dans une saga les films doivent aussi se suffire à eux-mêmes. Je suis d’accord que la matière pour le XI semble plus restreinte à une opposition basique. Mais justement ça peut être pas mal open, pour un gros baroud d’honneur débarrassé des anciens.

Comment by 2501 on 19 décembre 2017 20:50


Bon…j’avoue ça m’a manqué ces pavés de comm :D

Du coup…la prélogie moi je m’en fous pas, au moins pour l’aspect politique (ya ecranlarge qui avait ecrit un article pas mal là dessus) mais bon, c’est difficile de faire son coming out à ce propos :)

Mettons de côté l’aspect des fans et internet. Ya 2 ans je vois l’episode VII. Bien que plombé par l’aspect remake déguisé, je vois se dessiner plusieurs questions / orientations et je suis obligé, à moins d’avoir vécu dans une grotte, de me poser ces questions en ayant en tête que c’est une saga et que l’episode VIII sera la suite de l’episode VII :

– qui est Rey ? La réponse est certes bien amenée mais, pour moi en tout cas, tombe à plat.
– qui est snoke ? : en fait on s’en fout (alors que dans l’episode III ya mention d’un truc qui était exploitable et assez cool mais disney a dit : « la prélogie n’existe pas »)
– Finn : un ancien stormtrooper qui se réveille, pourquoi ? comment ? : On s’en fout ou on verra dans l’episode IX mais quand même probablement on s’en fout
– Finn-Rey : Suis-je le seul à m’être dit que ces 2 là yavait moyen d’un p’tit bisous ? Et ben en fait non parce que pouf il tombe sur une asiat qui lui apprend que seul l’amour peut tuer le démon (copyright Mickey Knox copyright United colors of Beneton)

Du coup oui tout ça est surprenant…mais la surprise (si on pense saga ou même seulement suite) me semble manquer d’envergure (narrative hein !)

Toute proportions gardées parce que cet episode VIII est objectivement un bon film (ce qui n’est pas le cas de ceux que je vais citer), ça m’a un peu fait le coup de prometheus – alien covenant : t’as un univers à étendre/expliquer, tu poses des bases et après tu chies dessus quand même un peu…Tiens d’ailleurs vu que disney a racheté la Fox…Oh damned !

Comment by derf on 19 décembre 2017 22:20


Mickey va tous nous manger.

Si JJ Abrams avait réalisé et scénarisé l’épisode VIII on aurait encore eu plus de questions que de réponses. C’est mieux ?
Je vais pas reprendre point par point car j’ai déjà dit ce qui me convainc ou pas, mais là au moins nous avons des propositions.
Alors oui veux bien que les perspectives du IX soient pas fofoilles. Mais pour l’instant ils prévoient un épisode IX et une autre trilogie qui n’aurait rien à voir avec ces personnages (écrite par Rian Johnson d’ailleurs). ce qui veut dire qu’il faut tout boucler en 3 films pour cet arc. Ce qui veut dire stop JJ avec ton écriture de série TV sans fin. ^^

Quant à la satisfaction apportée par ces développements, libre à chacun d’en juger. Mais le mec n’a pas jeté le bébé avec l’eau du bain (de JJ). Je sens clairement qu’il aime cet univers, mais qu’il l’aère un peu quoi… Dans la mesure du possible.

Par rapport à la comparaison avec les récents travaux de Sir Ridley…
Pour moi Covenant est l’un des pires films de l’année. Prometheus était déjà problématique. Covenant c’est du révisionnisme sénile, qui fait plus de mal à la saga Alien que n’importe quel autre film (les Alien vs Predator compris, des navets certes, mais qui ne prétendaient pas tout réécrire n’importe comment). Je ne vais pas rentrer dans le détail parce que je vais faire une tartine mais Covenant n’a aucun sens par rapport à Alien. Ridley fait son délire avec son androïde quoi se prend pour Dieu, et au passage parce que les prods veulent la marque Alien, il chie négligemment sur la série. Là où dans TLJ je vois un réalisateur qui essaie de faire avancer un peu le truc, mais ça reste cohérent et respectueux, malgré le choc de choix pas toujours attendus (la surprise devrait être dans le cahier des charges de toute suite, tout en restant dans une continuité).

Enfin bref, TLJ n’est pas parfait et moi aussi j’ai mes réserves sur une partie de la storyline de Poe et de Finn, mais globalement, je trouve que ce sera bénéfique de ne pas être totalement allé dans la direction que tout le monde attendait. Faut arrêter avec la pression populaire à la con. dans les films d’auteurs comme pour les blockbusters. Et ne pas oublier non plus que toutes les suites de Star Wars ont essuyé des revers critiques venant de la presse et du public, l’Empire contre-attaque compris ! Sauf qu’à l’époque ça ne prenait pas de telles proportions inutiles (ça devait être reposant…). A froid l’appréciation devrait pas mal changer, encore plus quand le IX sortira.

Mais un Disney qui divise, c’est quand même quelque chose ! :-D

Comment by 2501 on 19 décembre 2017 23:59


Au passage, et c’est peut-être la nuance, je suis contre ce nouveau concept d' »univers étendu ». Cela induit d’expliquer des choses qui n’ont pas besoin d’être expliquées (exemple typique, Alien). Au risque de briser le charme et le mystère d’histoires simples et efficaces.
Une suite narrative ce n’est pas de l’univers étendu, dans le sens où le plus important n’est pas d’éclaircir des éléments de background, mais au contraire de faire vivre cet univers avec d’autres histoires, d’autres personnages.

On a d’un côté une espèce d’exploitation abusive d’une marque, où on va essayer de gratter sur des choses inutiles, de l’autre un univers vivant par les histoires, et la dose de nouveauté qu’on va savoir y insuffler. Une démarche marketing mortifère d’un côté, du storytelling de l’autre.
(c’est pour ça que la nostalgie pour la nostalgie… j’ai plutôt tendance à placer ça dans la première catégorie)

Comment by 2501 on 20 décembre 2017 0:07


Tiens, Rian se sent obligé de s’exprimer à ce sujet :

« Tout comme je sais que les films Star Wars étaient très personnels pour Lucas, je sais aussi qu’il n’en a réalisé aucun en s’asseyant et se demandant « Que veulent les fans ? » Et je sais que si j’avais essayé de faire comme ça, aussi tentant que ce soit, ça n’aurait pas marché, parce qu’il y aurait toujours des gens pour me hurler dessus « Va te faire enculer ! T’as ruiné Star Wars » mais en plus j’aurais fait un mauvais film. Et au bout du compte, c’est la seule chose dont personne ne veut. »

Comment by 2501 on 20 décembre 2017 11:44


un article qui vaut ce qu’il vaut mais qui résume bien nos pensées non ?

http://www.journaldugeek.com/2017/12/18/star-wars-les-derniers-jedi-rian-johnson-sexplique-sur-les-elements-de-scenario-les-plus-mysterieux-de-son-film/

Comment by derf on 26 décembre 2017 16:07


C’est surtout une interview du réal. Et ça doit valoir quelque chose oui. ^^

J’avais vu passer ses dires. Pour Snoke, ça va dans le sens de mon appréciation du film. Pour Rey aussi, mais le doute qui subsiste prouve un manque assez hallucinant d’anticipation, et tout simplement d’écriture sur cette trilogie, dont les bases n’ont été jetées ni avant de l’entamer, ni à la fin du deuxième épisode… A ce niveau, quels que soient les choix de Rian Johnson, je suis ravi d’avoir eu droit cette fois à un film de réalisateur (cad pensé, proposé, écrit, mis en scène par lui) plutôt qu’à un pur film de producteurs (cad de financiers, parce que même si Kathleen Kennedy a officié avec Spielberg dans les belles années d’Amblin, elle n’a pas l’air d’être force de proposition au niveau purement cinéphile, au-delà de « on oublie la prélogie et on lèche le cul des fans en référence scrupuleuse à la trilo originale »).

Comment by 2501 on 26 décembre 2017 20:14


« …qui laisse le spectateur franchement sur sa faim »

ça c’est pas du réal…

…et oui, ils y vont complètement en mode yolo…je crois qu’il faut arrêter là…je sais je sais, c’est pas le projet…

Comment by derf on 26 décembre 2017 21:03


Ouais ouais, « ça c’est pas du réal », mais c’est assez loin d’un article argumenté, aussi. ^^

Y’a tellement plus dégueulasse que Star Wars en même temps de nos jours… A l’heure où il faut s’attendre à un univers étendu Fast & Furious, tout est possible.

Je trouve tout de même cette reprise de Star Wars par Disney supérieure à la moyenne des Marvel (ok, pas de beaucoup, et c’est pas un exploit). Souvent, ce qu’on risque de se demander, c’est « à quoi bon ? » devant des résultats dispensables comme le comblage de trou de Rogue One, ou la genèse de Han Solo (faudra un sacré alignement d’étoiles pour que ce soit bien ce truc…). Et puis, ok, la prélogie était une proposition différente, mais une sacrée catastrophe dans son exécution, ce que n’est pas encore cette relance de Star Wars. Ce qui est sûr, c’est qu’avec un film par an (et parfois seulement 6 mois d’écart entre 2 sorties, comme avec le prochain), l’aspect évènementiel est baisé, et la lassitude va vite se pointer…
Ils vont devoir lâcher la bride aux réals pour faire vivre tout ça, peut-être qu’ils s’en sont déjà rendu compte avec cet épisode 8.

En fait, comme ils sont en mode YOLO, c’est sans doute pour cela qu’il y a encore un peu d’espoir, pour, d’une, conclure correctement une trilogie trop hommage et bringuebalante, et de deux, enchainer sur une autre qui aurait de vraies bases neuves (cad se débarrasser de tous les liens trop directs avec les personnages et les intrigues existants).
A côté, Marvel est trop rodé, et pue la formule. Et là aussi, tiens tiens, celui qui s’en sort le mieux est celui qui écrit ses films. Je suis pas le seul à penser que James Gunn est (largement) au-dessus de la mêlée avec ses Gardiens.

Enfin bon, on nage un peu dans la mélasse de toutes façons. Moi j’apprécie juste qu’on s’amuse avec des codes et qu’on y aille gonzo sur les réfs des fans (parce que l’école des fans, ça me soule ^^), un peu comme avec un énième James Bond bloqué dans sa recette qui fait du neuf avec ce qu’il peut, c’est-à-dire… peu. :-)
Le blockbuster contemporain se débat dans une putain de pataugeoire. On change 3 cascades pour FaF 12, on se renie pour Alien, on change de héros comme de skin chez Marvel, on se vautre dans les stratégies marketing pour accoucher d’horreurs digne d’Asylum chez DC…

Qu’est-ce qui continue à te brancher là-dedans, toi qui a fait ton métier de les diffuser ? :-)
Bon je sais tu ne donnes pas que dans le blockbuster, mais c’est une part non négligeable de ce qui est distribué (euphémisme), autant essayer de faire un peu le tri et d’y trouver… du plaisir ? parfois ? Non ? Nada ?

Comment by 2501 on 26 décembre 2017 23:33


si si, « de beaucoup » supérieure aux prod marvel ! Même si resté sur ma faim dans l’ecriture, j’ai pris du plaisir ces derniers jeudis ! Marvel j’en peux vraiment plus, la recette est trop visible, l’aspect trailer de 2h pour le prochain, l’humour à chier…Deadpool était un peu mieux mais restait de la subversion encadrée, le ton des gardiens est un peu frais mais j’éclate pas de rire non plus, Logan ça se regardait…Les x-men yen a eu 2 ou 3 pas mal et puis vint apocalypse…Je reste quand même curieux du Venom à venir. DC, pour faire court, c’est du fake dark (putain quand tu revois batman returns ça fait mal !).

Le blockbuster s’est fait buté en 2015 par Fury Road. Point. :D

Comment by derf on 27 décembre 2017 14:53


Pour « supérieur à la moyenne des prods Marvel » je parlais de tous les nouveaux Star Wars. Évidemment que celui-ci l’est largement. Je reste sur mon avis enthousiaste, après deux visionnages.

Les films que tu cites, hors Gardiens, n’appartiennent pas au fameux MCU. A rebours avec le rachat de Fox par Disney oui, mais dans leur contexte de production, non (tu noteras qu’il n’y a aucun « teaser » dans ces films).

J’aime Les Gardiens car ce n’est pas du super-héros, mais une vision assez colorée et enlevée du space opéra. Car l’humour fait mouche avec son côté sale gosse qui n’est pas exactement celui des autres Marvel (même si maintenant ils le copient avec Thor 3…). Et enfin cet humour, même s’il apparaissait comme un désamorçage du sérieux, du drame etc… en fait n’empêche aucunement une réelle construction de personnages, et de l’émotion premier degré, bien présente dans le volume 2.

Un Fury Road, comme un Gravity, sont des exceptions, voire des prototypes, dans le contexte de prod hollywoodien actuel. Donc malheureusement très, très rares.
D’ailleurs, j’ai eu la chance de revoir Fury Road dans sa version Black & Chrome en salle le mois dernier. Et c’était un bonheur. Je crois que j’aime encore plus cette version qui semble plus brut et plus punk, alors qu’il n’y a rien de différent à part le N&B.

Comment by 2501 on 27 décembre 2017 16:50


J’en sors et je viens de me faire votre fil de commentaire. Je suis bien d’accord avec vous et partage vos avis.

Pour rentrer dans quelques détails, je rejoins derf sur le manque de background : 2 flottes x 3 vaisseaux, deux x deux jedis et deux planètes…. ça manque de repère à la Jabba…
Je rejoins luc sur les bonnes idées des nouvelles thématiques intégrées (échec,désacralisation…) qui font écho avec les choix du je m’en tappe de tous les codes de starwars…Snoke est un gros fail du VII je suis bien content qu’on s’en débarrasse au bout d’une heure. Leila aurait du aussi mourir dignement plutôt que de survivre comme un merde… ^^

En parlant de code, on reste encore trop encré dans les codes des films et malheureusement disney ne veut pas perdre les pères de familles en route en s’inspirant de ce qui a pu se faire dans certain produits dérivés (https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars:_Knights_of_the_Old_Republic (Drew Karpyshyn scénariste de mass effect). Mais ça on le savait déjà depuis le VII….

Bref. J’ai passé un bon moment, différent de la pure nostalgie du VII. Par contre, j’ai noté des grosses incohérence dans le script. Des trucs du genre « mais ils arrivent d’oû ceux là . » Cela ressemble à des grosses coupes au montage non comblées….Et puis, je me suis jamais autant marré devant un Starwars.

Une prochaine vision est prévue avec mes loulous, largement à leur porté… (même si Amaury va plus s’ennuyer que Coline)

Comment by feilong74 on 27 décembre 2017 23:30


Voilà un fan intelligent. ^^ Qui accepte quelques menus changements.

Tu dois être au courant, mais la prochaine trilogie n’aura aucun rapport avec les précédentes, et sera écrite par Rian Johnson. Disney jouera sans surprise le profit à fond, et va épuiser Star Wars jusqu’à la dernière goutte. Donc ils commencent avec une trilogie nostalgie, puis derrière ils vont créer un peu plus (j’espère), pour éviter de lasser. Là sur les 7 8 9 ils sont lancés, le max de nouveautés/surprises qu’on peut attendre est dans la manière de faire cet épisode 8. Après le 9… ils ont intérêt à se lâcher !

Autre chose, quand on voit ça, on s’étonne pas trop du niveau moyen du spectateur américain :

gné

Comment by 2501 on 28 décembre 2017 10:43


Oh Putain la note ! C’est énorme…
Si on pouvait aussi leur donner des tracts éducatifs avant d’aller aux urnes…

Pour Rian Johnson, j’avais lu cette histoire de nouvelle trilogie à venir, genre pré pré-quel. De lui ou d’un autre, j’en attend pas grand chose à vrai dire…J’aurai préféré une adaptation de la trilogie de Mass Effect par exemple.

Je suis pas un fan de starwars au sens strict, genre à vouloir tout lire et tout comprendre de l’univers, analyser des incohérences, les personnages fils de,… je m’en tape. Je suis pas vraiment objectif devant un starwars, j’y vais avec mes yeux d’enfant. Genre moi la première séquence de combat spatial ça marche toujours autant qu’au premier jour, et avec les nouveaux moyens techniques…. Rhaaa lovely. Mais j’ai clairement préféré une nouvelle approche dans ce 8 qu’un nouveau remake. Et ça reste toujours plus proche de ce que j’aime dans starwars que la prélogie même avec ce go fuck yourself !

Bref hâte de le revoir surtout pour remettre dans l’ordre ces grosses fautes de rythme et de script tout de même.

Comment by feilong74 on 28 décembre 2017 22:11


Attention : ce train ne va pas vraiment vous percuter ^^

Train gare de la ciotat

Comment by feilong74 on 28 décembre 2017 22:13


Tu peux y aller sur les spoilers. Qu’est-ce qui t’a gêné niveau incohérences ou facilités ?

Moi c’est surtout en rapport avec l’intrigue de Finn et Rose. Quand ils sont les seuls à réchapper du big crash, dans le hangar. Avec Phasma et ses sbires qui se ramènent à l’autre bout alors que 10 secondes plus tôt elle était à côté…
Et surtout il fallait que leur vaisseau (ennemi, emprunté) arrive juste à se crasher dans le bunker de la Résistance sur Crait. Mais bien sûr.

Enfin, ça gâche pas le film, mais c’était pas très fin comme transitions… J’imagine qu’avec autant de persos dans un temps limité, tu t’arranges parfois un peu avec la cohérence…

Comment by 2501 on 28 décembre 2017 23:33


Pour Mommy j’ai pas mal de gens qui sont sortis de la salle pour me dire qu’il y avait un probleme de format….bizzarement bientot je vais passer le nouveau danny boon et personne ne sortira pour me dire qu’il y a un probleme….pas forcément de format ou autre….juste « ya pas un probleme là ? » :D

Comment by derf on 8 janvier 2018 19:25

addLaisser un commentaire