Les Gardiens de la galaxie

les-gardiens-de-la-galaxie-affiche

Après les Thor et autres Captain America, où la photocopieuse à scripts fonctionnait à plein régime, une nouvelle prod Marvel ne rime plus avec bonne nouvelle. Il restait cependant un maigre espoir (a New Hope ?) pour que le space opera concocté par James Gunn, réalisateur a priori bien trop décalé pour la firme de super-héros (remember Horribilis et Super) rende la formule plus digeste, voire agréable. Et force est avec toi est de constater que Les Gardiens de la galaxie remplit son contrat d’une fort belle manière.

la-et-mn-guardians-of-the-galaxy--movie-theate-001

Le résultat se révèle donc très sympathique. Mais pas beaucoup plus. Pour un blockbuster, et d’autant plus un Marvel, dont on redoute systématiquement la formule désormais, c’est déjà pas mal. Le film fonctionne sur les personnages, sans pour autant faire trop lourdement œuvre d’exposition grâce à son rythme savamment dosé. L’histoire reste dans des schémas basiques, mais le scénario est habilement construit autour du groupe.

De toute façon, le fond, dans les films Marvel… On retrouve un MacGuffin à la con, toujours un artefact à récupérer, une sphère cette fois après le cube des Avengers. Pa-ssio-nnant. Heureusement on ne s’attarde jamais sur ce fil rouge ténu, à part sur la fin comme d’habitude. Les méchants en pâtissent, les scènes les réunissant sont les plus faibles. Malgré un bon cast et de bonnes gueules (Lee Pace, et sa miss bras droit mal exploitée qui ressemble à une race de Mass Effect), avec ces costumes et ces maquillages too much on a souvent l’impression de voir du sentai de luxe (dire que ce qui était ridicule autrefois cartonne aujourd’hui).

guardians-galaxy-nebula-karen-gillan2

Chris Pratt a beau avoir un charisme relatif, ça colle tout à fait au personnage, clairement orienté comédie comme tout le reste du film. De toute façon Les Gardiens de la galaxie ne se construit que sur le classique ton du « désamorçage » : du drame, du sérieux, des clichés. Tout cela est passé à la moulinette d’une bonne rigolade plutôt efficace. Plus de 50% des vannes font mouche, et vu la quantité cela suffit à porter le film.

Après, niveau space opera il est clair que ça manque un peu d’envergure. C’est plus un space pop era (hop, copyright). Univers, costumes et maquillages très colorés sont réussis, et changent des DA monochromatiques. Malheureusement ce n’est guère plus qu’un contexte, qu’un jeu sur les stéréotypes, pas vraiment un univers tangible comme chez le concurrent Star Wars. Revers et paradoxe d’un scénario se concentrant avant tout sur 5 personnages et leur dynamique de groupe, forcément au détriment du reste. Le côté aventures sera sans doute plus exploité dans la suite.

guardians-galaxy-fru

Les Gardiens de la galaxie table tout sur un plaisir immédiat, sur la cool attitude, et le jemenfoustisme des stéréotypes (alors que la structure reste archétypale, l’équilibre est donc efficacement maintenu). L’attachement aux personnages se fait davantage sur l’humour même s’ils ont tous leur gros trauma. Le récit commence d’ailleurs par la scène la plus sérieuse et premier degré du film. L’émotion aura donc du mal à affleurer (ah ce grossier insert de dernière minute sans doute imposé par la prod), mais elle est quand même là, ne serait-ce que par la présence de la cassette en guise de BO du film. Energie pop du métrage, habile procédé diégétique, elle est l’âme sous-terraine du film et de son héros (qui sans ça n’aurait pas grand-chose de plus que ses camarades, son leadership étant tout relatif).

James Gunn s’en sort donc très bien. Même si l’on sent qu’il est sur la réserve, il a su trouver l’équilibre pour rester tous publics sans faire de la soupe. Ce qui n’est pas évident apparemment, Branagh, Shane Black et même Edgar Wright (viré du projet Ant-Man sur lequel il bossait depuis des années) ayant échoué.

Guardians_of_the_Galaxy_43722

Alors réjouissons-nous, pour une fois qu’un blockbuster de cet univers lisse et trop calqué sur la structure sérielle pour être honnête,  est vraiment agréable, il ne faut pas bouder son plaisir (mais ne pas crier au chef-d’œuvre pour autant, par comparaison avec la médiocrité qui l’a précédé).

Ces Gardiens donnent un peu d’espoir quant à la possible progression des films Marvel. Pourvu que ce ne soit pas leur « prisonnier d’Azkaban » : la caution qualité de la série à laquelle on se raccroche trop longtemps, en vain, en se disant « c’est possible, un jour, ils referont un bon film ».

Rating: ★★★★★★★½☆☆ 

2501

 

 

 

 

 

 

 

tagsTags: , , ,

9 Commentaires

rssCommentaires flux RSS transmitTrackBack Identifier URI


Space Pop Era, c’est joli pour y intégrer la BO. Franchement c’est une petite réussite ce film qui réussit à divertir sur des codes pourtant si souvent utiliser.
Les noms des héros aussi sont tout juste géniaux (Star Lord, Groot…). Je serais curieux de lire les comix.
Comme tu dis j’espère que ça restera pas une exception.

PS/ Même avec les sous titre mal entendant c’est bien ^^

Comment by feilong74 on 8 septembre 2014 21:44


Alors niveau comics il y a les Gardiens d’origine qui n’ont pas marché (années 80 ? je sais plus). Puis une reprise récente avec Iron Man dans l’équipe. Raph a récupéré le premier de cette dernière mouture. Bah j’ai pas accroché. Du tout. En fait je n’y ai pas retrouvé l’humour du film. Starlord est une sorte de Captain America, un héros tout froid tout beau. Forcément c’est Iron Man qui truste tout le côté comique. Donc ouais je serai assez intrigué de découvrir la toute première série de comics. Mais ça m’étonnerait qu’il y ait exactement le même ton que le film, on reconnaît pas mal le ton de sale gosse de James Gunn. C’est lui qui s’occupera de la suite d’ailleurs, donc c’est déjà bon signe (ça prouve qu’il a imprimé sa patte, ce qui est rare chez Marvel, Thor 2 et Captain 2 avaient des réalisateurs différents des premiers).

Comment by 2501 on 8 septembre 2014 23:13


Apriori c’est super vieux, la première date de 1969.
J’ai vu deux trois trucs en court de James Gunn, notament un faut porno décalé :

Comment by feilong74 on 9 septembre 2014 15:20


Je conseille pas souvent du cinéma français mais voilà bien le court-métrage hexagonal à la fois le plus sympathique, le plus délirant et le mieux foutu vu depuis un moment (je compte pas l’animation bien sûr).

Ca s’appelle La Bifle, et ça ment pas sur la marchandise.

http://vimeo.com/103698855

(qu’est-ce que ça fout là ? je sais pas, PG Porn, bifle, … on s’en fout, regardez)

Comment by 2501 on 11 septembre 2014 22:56


Heu erreur privacy sur vimeo…

Comment by feilong on 12 septembre 2014 9:01


Ça marche chez moi (au taf même).

Faut p’têt pas que t’essaies du boulot. ^^

Comment by 2501 on 12 septembre 2014 17:14


Petite parenthèse star wars 7.
A t on vraiment fait le tour et épuisé l’univers Star Wars ? (Pas si sûr, au moins certain s’en amuse).

Comment by feilong74 on 1 décembre 2014 13:55


J’arrête pas de le répéter, Star Wars me semble être un univers surexploité et asséché, qui désormais se doit de respecter un cahier des charges et une bible tellement lourds, qu’on ne peut pas attendre grand-chose de nouveau.
Ceci dit Abrams est un bon faiseur, et ce teaser semble faire table rase des conneries de la 2ème trilogie, en retrouvant le visuel old school de la première. Je le trouve même plutôt réussi.
Formellement, et niveau action, ça peut être sympa. Sur le fond, comme dit au-dessus, je pense que ça ne fera que radoter avec de constants rappels au passé et coups de coude plus ou moins heureux aux spectateurs complices.

La garde du sabre en laser c’est très con par contre (c’est coupant cette merde, c’est pas censé protéger…). Pur truc de fan service bidon.

Niveau parodie, j’ai préféré ça :

https://www.youtube.com/watch?v=v93Jh6JNBng

Comment by 2501 on 1 décembre 2014 17:17


j’annonce la dust fashion pour au moins un an….interstellar, mad max, ce star wars….

Comment by derf on 1 décembre 2014 17:22

addLaisser un commentaire