Space Battleship Yamato

Difficile de ne pas de succomber, pour un fan de Science Fiction et de Space Opera, à la tentation de se lancer dans cette adaptation japonaise d’une anime de l’illustre Leiji Matsumoto ( Albator, Galaxy Express 999…) datant de 1974. Le budget du film étant conséquent pour un film japonais (20 M $), et le genre plutôt rare sur grand écran, on espère secrètement, la bonne surprise.

Les références sont tout de suite frappantes et nombreuses. La série Battlestar Gallictica, forcément, déjà omniprésente dans le titre mais mise à part le postulat de départ, la survis de l’humanité, et quelques situations de combat spatiaux, rien d’aussi profond. On se rabat alors sur l’univers de Leiji Matsumoto mais là aussi, on trouvait son ambiance beaucoup plus sombre, cohérente, et stylée. Seul le design des vaisseaux ressort à mon avis de son œuvre originale, j’imagine d’ici la frustration des fans boys. Quelques jolis clins d’œil, notamment à Xenogear avec une séquence d’introduction quasiment calquée, et même une citation sans équivoque : I am the Alpha and the Omega — the Beginning and End — the First and the Last. A moins qu’il cite la bible, enfin on ne sait pas…


On ne sait plus… à quoi se raccrocher surtout, tant le film semble lutter pour nous faire croire à un semblant de script. L’histoire est d’un ennui soporifique. Les acteurs sont également catastrophiques. Dommage d’ailleurs d’avoir autant dépenser dans les effets spéciaux (originaux mais pas non plus transcendants) et pas assez dans le casting. Une impression d’être devant une mauvaise VF alors que l’on regarde une VOST, c’est assez troublant et finalement une grande première pour moi.

Quoique. En cherchant bien on finit par trouver les réelles références dans la direction d’acteur, les Powers Rangers ou autre Bioman. On finit donc pas en rire et c’est pas plus mal. En prenant le film à ce niveau, on finit par faire ressortir quelques bonnes surprises.

Space Battleship Yamato est un essai raté, trop souvent calé entre deux chaises, le manga et la science fiction. Il aurait sans doute gagné en force s’il ne se serait pas pris au sérieux. Mais impossible pour une adaptation de Matsumoto qui n’ est pas à la porté de tout le monde, surtout dans ce format.

Feilong

Rating: ★★★☆☆☆☆☆☆☆ 

tagsTags: , , ,

4 Commentaires

rssCommentaires flux RSS transmitTrackBack Identifier URI

Pas de commentaire. Sois le premier

addLaisser un commentaire