Le Top 2010

Et voilà le top tant attendu d'une année pas top…

1

2

3

4

5

6

7

8


9



10


LES CINECHANGEURS :

M. Teub

1. The Social Network : près de 10 ans après Fight Club et la génération X, David Fincher nous refait le coup du film générationnel pour la génération numérique. Avec toujours autant de talent.

2. Monsters : quand Sofia Coppola et Terrence Malick prennent un café ensemble et évoquent le film de monstres extraterrestres, on se dit que le réalisateur Gareth Edwards a du entendre la conversation.

3. Kaboom : Gregg Araki revient mais avec une chose en plus : la modernité.

4. Scott Pilgrim vs The World : entre la génération X et la génération numérique, il y a la génération Street Fighter. Deuxième film générationnel de l'année. Et en plus, c'est cool !

5. Des Hommes et des Dieux : le film de la réconciliation : entre les peuples, entre l'homme et son milieu, entre l'image et le son, entre le film et son spectateur.

6. Halloween II : pas de sortie ciné mais événement : voici le boogeyman le plus violent de l'histoire du cinéma.

7. Shutter Island : peut-être pas le meilleur film du maitre Scorcese mais sans doute son plus glauque.

8. Rubber : le parti pris de l'année.

9. The American : les héros américains sont fatigués. Pire, ils sont seuls comme jamais.

10. Biutiful : la noirceur mondialisée où la rédemption est absente. Monde de merde !

Melle Gaelle

1 – faites le mur
2 – lullaby
3 – ajami
4-outrage
5-machete
6-les chèvres du pentagone
7-bus palladium
8- tête de turc
9-vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu
10 – les rêves dansants

M. Feilong

1 – The Moon
Sans doute le film le plus ambitieux et le plus abouti que j'ai vu cette année. Puise sans clichés dans les grands noms de la SF sans jamais plagier et en gardant son identité.
Film symbole d'une année charnière et inquiétante autour de la programmation des salles de cinéma.

2 – Ghost Writer :
Roman Polansky  dos au mûr ou plutôt entre 4 mûrs, ça donne un vrai film d'ambiance. Une grande leçon à contre courant de l'épaule, de MTV et des lunettes 3D.

3 – Monsters
L'épaule justement.
L'année de la SF minimaliste avec deux représentants dans le trio de tête. Monsters est un voyage semé de réflexion, sur l'humanité et sur soi même.

4 – Shutter Island
Scorsese et Caprio s'échouent sur l'île de la psychanalyse mais en ressort une belle toile ;)

5 – Summer Wars :
La bonne surprise du festival d'animation d'Annecy. LE (vrai ?) social network avec le point de vue nippon.

6 – Ondine :
Un bol d'air marin Irlandais. Un Joli conte pour adulte.

7 – Toy Story 3 :

Le film hommage. Le divertissement réussi mais en dessous des dernières productions Pixar.

8 – Incepetion
Trop fier de l'avoir compris pour pas le placer dans mon top 10. Il en reste un film au concept étonnant.

9 – Kick Ass :
Un vrai comics animé. Second degré à coups de coups de pied au cul.

10 – Lovely Bones :
Il aura eu le mérite de me faire découvrir Créatures Céleste qui est meilleur. Mais je garde un relativement bon souvenir de ce Peter Jacksons.

M. Toriyazaki

1- The ghost writer : Une oeuvre magistrale sans aucun artifice superficiel. Le cinéma, c'est beau quand c'est simple aussi…

2- Soul kitchen : Parce que Fatih Akim sait décidément tout faire. Très original et très drôle…

3- Des hommes et des dieux : Intense et poignant. Et également sans artifices numériques.

4- Valhalla rising: le guerrier silencieux : Tout simplement sublime visuellement. Et puis Mads Mikkelsen…

5- Dog pound : Un film dans le milieu carcéral qui sonne juste. Et une scène finale maîtrisée à la perfection…

6- Green zone : Paul Greengrass reste Paul Greengrass. Comme d'habitude, son film est parfait dans la forme…

7- L'arnacoeur : Parce qu'il n'est pas toujours facile de réussir une romcom, surtout quand elle est française. Mais il est vrai qu'avec Romain Duris et François Damiens ça aide…

8- Potiche : Retrouver Ozon dans ce qu'il sait faire de mieux est très agréable après ses errements… Et retrouver le couple Deneuve / Depardieu fait plaisir, surtout quand ils se sentent concernés par leurs rôles.

9- Toy story 3 : Bien moins bon que les deux volets précédents et une 3D qui ne sert à rien… Mais on passe malgré tout un bon moment…

10- The expendables : Plaisir coupable…

Melle Echolalie

1. Gentlemen Broncos, de Jared Hess : grosse surprise que ce film, complément décalé et dijoncté comme je l'ai aime. C'est l'histoire d'un jeune homme qui vit encore avec sa mère (créatrice de vetements importables!) qui souhaite devenir ecrivain de roman de SF. Un jour il a la chance de rencontrer son idole lors d'un atelier d'ecriture, mais aussi d'autre écrivain en herbe. Tout le monde est intéréssé par son manuscrit, ses nouveaux amis pour un faire un film, mais aussi son idole en manque d'inspiration qui décide de s'approprier son histoire.

2. Mammuth, de Kerven et Delepine : Un Depardieu plus que bon, dans ce rôle de jeune retraité qui part à la recherche de ses feuilles d'indemnitées de retraites. Un road movie qui me rappel un ptit gout de Aaltra.

3. Adam, de Max Meyer : une histoire d'amour entre un homme atteind d'autisme et d'une jeune femme. Adam est un homme passionné par l'astronomie, mais atteind d'une forme d'autisme qui ne lui permet pas un attachement émotif et sentimental, il a une vie reglée jusqu'à la mort de son père. Il se lie d'amitié puis d'amour avec sa nouvelle voisine, instit. Ce film montre la difficulté des rapports humains sans manifestation des sentiments envers l'être aimé, ainsi que l'apprentissage de l'amour.

4. The social network, de Fincher : Pas besoin de présenter ce film qur tout le monde a vu. Tout simplement génial.

5. Precious, de Lee Daniels : l'histoire de Precious, représentative d'une minorité américaine, connaissant la misère, le viole et l'illétrisme. Regard sur l'amérique actuelle sombre et violent teinté d'onirisme à travers les rêves de celebrités de cette jeune fille de 16 ans. Le film est adapté du roman de Sapphire « push ».

6. Une vie de chat, de Gagnol et Felicioli : sortons des grosses productions de dessins animés pour savourer celui-ci. L'histoire . Après « la prophétie des grenouilles », l'histoire de Dino le chat qui partage sa vie entre deux maisons, le jour avec la petite Zoé qui vit seule avec sa mère flic et qui vient de perdre son père tué par un gangster et la nuit, avec Nico cambrioleur intrépide. A revoir sans une salle remplit de gosses un dimanche aprem' (oui je sais j'aurais dut mieux choisir mon jour…)

7. Scott Pilgrim, de Wright : Qu'une chose à dire « geek power »!!!!

8. Cold soul, de Sophie Barthes, film franco-américain, un célèbre acteur américain en pleine crise existentielle, n'arrivant pas à trouver le ton juste pour son nouveau rôle 'l'oncle Vania » décide de se soulager en se procédant à une ablation de son âme. Le film montre l'importance de vivre ses émotions, de les ressentir, malgré le poids que l'on peut ressentir parfois.

9. Gainsbourg, de Sfar : Ah que dire, fan inconditionnelle de Joann Sfar, je suis ravie de le voir passer derrière une caméra pour faire un biopic, et pas des moindres, celle de Gainsbourg.

10. Le livre d'Eli, de Hughes : Alors je pense que je vais être la seule à l'avoir mis dans le top, pour ma part j'ai analysé le film comme montrant la manipulation de la religion et la facilité d'interpretation et d'utilisation de la parole unique pour reconstruire dans un univers apocalyptique une unité pseudo dictatoriale (l'homme qui cherche desesperement la bible, pour regner) ou démocratique (ville qui garde precieusement tout les vestiges de la vie passée pour reconstruire un monde meilleur).

M.2501

1- The Ghost Writer

Le Shutter Island réussi, thriller claustro parano anticipant étrangement le vécu d’un cinéaste qui signe l’un de ses meilleurs films depuis longtemps.

2- Summer Wars

Un condensé nippon entre émotion familiale et cyber-fiction.

3- Bright Star

Poésie et romantisme selon Jane Campion. Son meilleur film.

4- Fantastic Mr Fox

L’animation et le cinéma de Wes Anderson étaient faits pour se rencontrer, on ne peut plus charmant.

5- Monsters

La SF contemplative à son nouveau référent.

6- Toy Story 3

Pixar étonne en poussant l’aventure, mais surtout l’émotion, toujours plus loin.

7- Amer

Davantage film visuellement expérimental que simple hommage au giallo. Esthétique des sensations devenue trop rare dans le cinéma d’aujourd’hui. Le film de genre français qui a des couilles (sans te les plaquer au visage).

8- Scott Pilgrim

Pas ultime, mais joyeusement postmoderne.

9- Kick Ass

Pas ultime, mais joyeusement postmoderne (bis).

10- L’Illusionniste

Passéiste pour les grincheux, juste beau et mélancolique pour les autres.

Et Moon (mais hors compét car direct-to-dvd…).

On aura son 2ème film (Source Code) en 2011. Mais les cinémas français sont passés à côté de la naissance d’un vrai cinéaste : Duncan Jones. Pourtant c’est un « fils de » (David Bowie). Comme quoi y’a toujours des exceptions.

M. Derf

1-     The social network : D’un sujet hightech qui n’intéresse qu’un noyau dur, Fincher signe une tragédie et rappelle que le nerd est aussi un humain. 10 ans après Fight Club et toujours avec une grande classe, il porte de plus un regard lourd de sens sur le monde qui l’entoure

2-     Scott Pilgrim vs. The World : Le film de geek ultime, la teen comédie ultra-videoludiquement référentielle qui file la grosse patate !

3-     Mammuth : Quelque part entre The Wrestler et Easy Rider, un monument de poésie et d’humanité.

4-     Halloween 2 : Bien plus convainquant que le premier opus, Zombie remet sa patte et revient aux thématiques de The Devil’s Rejects avec en bonus le boogeyman le plus bourrin jamais vu.

5-     Kick-ass : Encore un film de geek me direz-vous…Et bien oui mais on ne se refait pas ! Et rien que pour voir une gamine de 10 ans tataner la gueule à des gorilles moi je dis oui !

6-     Carlos : parce que ça fait toujours du bien de nuancer la diabolisation des médias, de voir un communiste pur jus se battre contre le système…Et de le voir faire le kéké en BMW ! Instructif et bien fichu. (vu la version T.V.)

7-     Moon : Très beau film de SF assumant ses références avec intelligence

8-     Dog Pound : Bien qu’ultra inspiré de Oz, Chapiron s’en sort avec les honneurs sur un sujet difficile traité plutôt sobrement et avec des acteurs au diapason.

9-     Shutter Island : bien qu’énervant sur quelques points, Scorcese signe un bon film « de folie » et Di Caprio livre une excellente performance.

10- Inception : Nolan signe un blockbuster impressionnant qui se regarde dans l’ensemble avec plaisir et émerveillement mais…

tagsTags: ,

27 Commentaires

rssCommentaires flux RSS

Pas de commentaire. Sois le premier

Les commentaires sont désactivés.