Hors de prix

Attention, événement. Cela faisait bien longtemps qu’un film français ne m’avait pas procuré un réel plaisir de cinéma. Enfin, peut-être que je m’emballe un peu, nous ne sommes pas devant un chef d’œuvre du Septième Art, mais ce film apparaît sincère autant dans sa forme que dans son fond, ce qui, dans le paysage cinématographique français, est plutôt rare.

Hors de prix vaut, en premier lieu, pour ses acteurs principaux. Le couple Gad Elmaleh et Audrey Tautou, fonctionne parfaitement. Lui s’est très bien faire le bêta qui apprend vite ; elle coupe court avec son jeu stéréotypé à la Amélie Poulain que l’on pouvait retrouver dans ses précédents rôles pour aller vers la femme arriviste voulant sucer les bourgeois jusqu’à la moelle. Sa capacité a changer de registre dans un même plan prouve qu’elle peut être une actrice compétente si elle est bien dirigée. Si l’on ajoute à cela une belle collection de costumes, quelques tirades bien senties, une mise en scène proposant des plans intéressants (notamment un sens du cadre dans le cadre mettant en valeur le personnage de Gad Elmaleh totalement perdu dans cette explosion de luxe qui s’offre à lui) et un labyrinthique jeu de couloirs d’hôtels dans son utilisation des décors, nous obtenons, au final, un long-métrage plaisant, parfois drôle et bien rythmé.

Mais Hors de prix propose également un discours social, certes un peu simpliste, mais qui s’inspire des grandes comédies romantiques à l’américaine où les pauvres se révèlent toujours amoureux de la vie. Pierre Salvadori est un véritable amoureux de cinéma et jamais ses références ne le trahissent, donnant à chaque élément une véritable place cinéphilique. Il est toujours plaisant de voir la grande richesse française se voir dézinguer et apparaître totalement futile, et où la profusion d’argent, porter de beaux vêtements, vivre dans de grands palaces ne masquent pas une certaine monotonie de l’existence. Certes, la naïveté reste de mise, l’amour apparaît trop facilement comme le remède au cynisme ambiant mais cela n’enlève pas la sympathie que l’on peut avoir pour un film se posant au-delà du divertissement du dimanche soir.

tagsTags: , , , , ,

5 Commentaires

rssCommentaires flux RSS transmitTrackBack Identifier URI

Pas de commentaire. Sois le premier

addLaisser un commentaire