Whip It (Bliss)

Drew Barrymore, Ellen Page, la revenante Juliette Lewis, la trompe la mort du Boulevard Zoe Bell, et bien d’autres… qui refuserait de passer une heure et demie avec un tel casting féminin ? Et en effet Whip it a un parfum de chick flick des années 70, un film de copines à la dure, qui pratiquent un Rollerball sans balle, et ne s’en laissent pas compter, limite féministe dans la démarche sans l’être dans le texte.

Pour son premier film derrière la caméra Drew Barrymore se lance dans une production indépendante avec la star de Juno. L’affiche et le titre français personnifient et jouent à fond la chronique ado pour profiter du succès de Diablo Cody. Mais à l’inverse de cette dernière, l’expérimentée drôle de dame ne joue pas l’esbroufe des bons mots et préfère livrer un cinéma à l’ancienne, avec une fraîcheur 80’s loin des récents succès du cinéma indépendant, ces derniers tournant un peu trop à la formule récupérée par les grands studios.

Le contexte, ces compétitions de roller bien brutales, est marginal, mais le propos universel. On s’amuse un moment de ces bagarres de filles, néanmoins le film penche plus vers le portrait d’une adolescente affirmant son identité que sur la compétition sportive. On retrouve là un schéma très Friday Night Lights, avec ces jeunes coincés, tiens… dans une petite ville du Texas, Bodeen remplaçant Dillon. Ellen Page défend ici un personnage plus crédible qu’à l’habitude, avec davantage de sobriété que quand on lui donne des bons mots (ou des pédophiles) à balancer. Elle prouve à ses détracteurs qu’elle peut aussi se débarrasser de ses mimiques parfois un peu trop cabotines.

Mais le point fort du film reste sa galerie de personnages secondaires, et l’on aimerait passer plus de temps avec ce groupe de filles qu’avec la mère trop rigide de Bliss. Pour preuve ce générique de fin qui tutoie le punch et l’exaltation des bandes d’exploitation d’antan. Pour autant ce Whip it est une jolie surprise, sincère, loin de la pose de tant d’autres productions indé. Drew Barrymore gagne là ses galons de réalisatrice avec modestie et panache.

2501

Rating: ★★★★★★★☆☆☆ 

tagsTags: , , , , , ,

5 Commentaires

rssCommentaires flux RSS transmitTrackBack Identifier URI

Pas de commentaire. Sois le premier

addLaisser un commentaire