The Big Bang Theory [Série TV]

big bang theory

Le concept de The big Bang Theory est de confronter deux univers sociologiques radicalement opposés. Physiquement matérialisés par deux appartements situés sur le même palier, et habités par deux colocataires « Geeks » dans l’un et par un cliché pur et simple de la blonde en rêve de paillettes dans l’autre. Nous sommes dans le bel état de Californie et le fait que l’action pourrait se passer dans n’importe quelle ville des Etats-Unis ne fait que renforcer cette idée : Pourquoi aller dehors quand on peut se faire une session de Halo en ligne ou d’organiser un marathon de 10 heures des films de superman ? On a l’impression de regarder « Friends » dans le format de cette série mais les dialogues « geeks » sont tout autres et il semble que le degré ne soit pas accessible à quiconque… comprendre ici, se marrer.

Car oui on rigole devant The Big Bang Theory. De part le protagoniste principale, Leonard Hofstadter, le geek le plus sociable de la petite bande, celui qui va créer en premier le contact avec la belle Penny. Dès le premier épisode, il espère avoir une relation avec Penny – « Nos enfants seront beaux et intelligents » -, immédiatement douché par Sheldon qui ajoute « ainsi qu’imaginaires », mais surtout comme vous l’aurez compris avec son colocataire Sheldon, le QI le plus élevé de la bande (ils sont tous de grand scientifique), qui à comme principale habitude de déjeuner avec le même bol de céréale toujours à la même place et à la même heure mais qui souffre surtout d’un gros problème de communication avec autrui : Il analyse tout dialogue avec une personne comme un problème de physique extrêmement compliquer à résoudre…Les dialogues entre lui et Penny frôlent souvent le culte. Passons Penny qui est une blonde typique mais dont les dialogues aux premiers degrés servent au mieux la série. Elle est interprétée parfaitement par la sublime Kaley Cuoco. Le groupe est finalement complété par deux autres personnages, l’un indien, Rajesh Koothrappali, qui perd tous ces moyens au moindre contact avec une personne du sexe opposé et enfin le franco Howard Wolowitz, obsédé par le sexe et les femmes. Il se croit le plus grand don juan de la troupe…

Bref, The Big Bang Theroy est un concept simple et innovent. Il nous montre sincèrement que certains « univers » ne sont finalement pas si différents, tant qu’ils ne s’ignorent pas.

7/10

feilong

tagsTags: , , ,

9 Commentaires

rssCommentaires flux RSS transmitTrackBack Identifier URI

Pas de commentaire. Sois le premier

addLaisser un commentaire