Histoire de fantômes chinois

HISTOIRE DE FANTÔMES CHINOIS

Histoire de fantômes chinois est une date incontestable, de par son succès à l’internationale, l’ouverture sur l’occident d’un cinéma de Hong-Kong en perte de vitesse à l’époque (par le biais du festival d’Avoriaz notamment), et l’émergence de la patte Workshop, le studio du plus grand producteur de l’ex-colonie britannique, Tsui Hark, dont le rôle fût prépondérant comme sur beaucoup de ses productions (on va même jusqu’à dire qu’il a en grande partie réalisé le film).

20 ans après : que reste-t-il d’Histoire de fantômes chinois ? Ou plutôt qu’apporte sa vision à un spectateur qui le découvrirait aujourd’hui ?

C’est à la fois un film riche et pauvre. Riche d’un mélange de genres multiples (zombies, fantômes, musical, wu xia pian, mélodrame…) et d’une métaphore de la relation Chine-HK, et pauvre car dépassé sur tous ces registres par des films ultérieurs. Alors oui la photographie est belle, les effets ne sont pas trop cheap pour l’époque, mais l’histoire d’amour a du mal à passer, on est loin de The Lovers et de Green Snake. Même topo niveau poésie visuelle, si le spectacle est assuré, on reste un peu sur sa faim.

On en retiendra la naissance du style Workshop-Ching Siu Tung-Hark, cette folie visuelle qui sera largement développée dans les années 90, mais le scénario ennuie poliment…

Rating: ★★★★★★☆☆☆☆ 

HISTOIRE DE FANTÔMES CHINOIS 2

La suite de l’immense succès que fût Histoire de fantômes chinois pouvait laisser craindre le pire, à repartir d’une formule pratique, qui aurait pu permettre un quasi remake du premier film, puisqu’il y était indiqué le retour de la belle au bout de 100 ans (ne pas se réjouir trop vite, cela sera le cas du troisième volet !).

Si l’on retrouve ici le jeune Ning Thaisen (Leslie Cheung), le collecteur d’impôts, l’histoire d’amour est bien moins développée car concernant une humaine ressemblant comme deux gouttes d’eau au fantôme dont il s’est dramatiquement séparé par le passé. Leader d’un groupe de rebelles, elle est toujours interprétée par la charmante Joey Wang.

Ainsi le mélo n’est pas poussé bien loin, servant juste à introduire les personnages et à conclure le récit, d’une façon qui pourra sembler un peu bâclée pour provoquer l’émotion.

Mais Histoire de fantômes chinois 2, aussi mal foutu soit-il narrativement, est un véritable plaisir de cinéma virevoltant, un cinéma de l’instant, qui multiplie les morceaux de bravoures comiques et/ou combatifs sans souci de cohérence excessif. C’est un festival de monstres en carton-pâte dont la naïveté et le côté très premier degré font le charme, combiné à un humour bien dosé et à une incroyable énergie communicative.

Voilà une époque bénie où l’on pouvait passer 10 minutes à jouer à « 1 2 3 soleil » avec un monstre baveux. Rien que pour ce genre de quiproquo alliant comique enfantin, peur et pouvoirs magiques en tous genres, il n’est pas blasphématoire de penser qu’Histoires de fantômes chinois 2 a mieux vieilli que le film original.

Rating: ★★★★★★★☆☆☆ 

HISTOIRE DE FANTÔMES CHINOIS 3

Avec ce troisième épisode, la saga Histoire de fantômes chinois atteint ses limites. Retour au temple Lan You pour une comédie fantastique qui vire vers le divertissement gentiment érotique.

Tsui Hark capitalise une dernière fois sur le succès de cette saga fondatrice du style HK des années 90, mais ne se montre guère inspiré dans le renouvellement de l’intrigue de base. 100 ans après les évènements du premier opus, un jeune moine se voit harcelé par des fantômes sexy adeptes des stratagèmes de séduction les plus loufoques. Dont un bouche-à-bouche particulièrement… approfondi.

Le film joue une fois de plus la carte des délires visuels, majoritairement par les attributs des tentatrices spectrales, jusqu’à la vue intra anatomique. Amusant un moment mais le scénario patine dans des longueurs et des répétitions lassantes. Le jeune Tony Leung en lieu et place de Leslie Cheung étonne en moine bouffon pour ceux qui l’ont connu dans ses rôles suivants nettement plus dramatiques.

De lobes magiques en tapis volants il y a encore quelques réjouissances (bien que moins nombreuses que dans les volets précédents), mais l’histoire en pilotage automatique ne convainc plus.

Rating: ★★★★★☆☆☆☆☆ 

2501

tagsTags: , , , ,

2 Commentaires

rssCommentaires flux RSS

Pas de commentaire. Sois le premier

addLaisser un commentaire