M le maudit

Inspiré par l’histoire du vampire de Düsseldorf (le vrai « vampire » s’attaquait à des prostituées et non à des enfants), Fritz Lang nous livre un film d’une puissance formelle et émotionnelle hors du commun.
Le film oscillant entre film policier et film d’épouvante – la composition de Peter Lorre suffit pour justifier l’aspect épouvante – propose une plongée vertigineuse dans l’esprit d’un tueur de fillettes rongé par la folie. D’une part précurseur dans son fond, le réalisateur aborde la folie et les maladies mentales alors que les recherches sur celles-ci n’en étaient qu ‘à leurs balbutiements, épaulé par un Peter Lorre habité qui inspirera certainement plusieurs compositions de tueurs maniaques dans le futur (Joe Spinell dans Maniac de William Lustig ?).

Chez Lang, les voyous adoptent les mêmes méthodes que la police et on en vient à se poser la question : la justice par ou pour le peuple ? Le réalisateur aura l’occasion de développer ce thème dans Furie avec Spencer Tracy.
D’autre part précurseur dans sa forme puisqu’on retiendra de son travail, entre autre, un plan séquence mémorable que David Fincher doit certainement apprécier, un jeu sur les ombres inquiétant et un montage ultra précis, servant, par exemple, le parallèle existant entre police et voyous.

Chef-D’œuvre à tout point de vue donc…

Derf

tagsTags: , , , ,

Pas de commentaire

rssCommentaires flux RSS

Pas de commentaire. Sois le premier

addLaisser un commentaire